NA International >> Nouvelle Acropole Montréal

Nouvelle Acropole Montreal

La voie du guerrier, Samouraï

samourai-code-honneur-nouvelle-acropole"La chevalerie est, en soi, la poésie de la vie."
- Schlegel, philosophie de l'histoire.

Au sein des riches traditions mythologiques du Japon, il existe une intéressante histoire de la création qui parle des divinités Izanami et Isanagi, chargées par les dieux primordiaux, de plonger une lance dans l'océan céleste. En retirant la lance, les gouttes coulant de sa pointe auraient créé les îles du Japon.

Est-ce l'origine de ce qui allait influencer le célèbre esprit de guerrier des Samouraïs au Japon?

Il est d'abord nécessaire de dissiper l'idée que les Samouraïs étaient tout simplement des mercenaires brutaux, des machines à tuer patronnées par de puissants clans féodaux. Bien que ces exemples soient présents à travers l'histoire, il ne s'agit que des restes décadents d'un art de vivre spirituel beaucoup plus profond.

L'existence d'une telle classe de guerrier n'est pas unique au Japon et peut être comparée aux Chevaliers de l'ancienne Europe ou aux Kshatriyas, guerriers de l'Inde ancienne.

Bien qu'aujourd'hui nous ayons tendance à considérer les guerriers comme de simples combattants, de nombreuses cultures anciennes considéraient l'esprit guerrier comme une source d'inspiration à un état spirituel de la conscience. Ainsi nous nous référons aux glorieux guerriers du monde antique; ces guerriers qui ont fait tout en leur pouvoir pour se protéger de l'invasion des forces perturbatrices de l'égo, engagé dans une bataille intérieure constante.

Au Japon, un code de conduite formel a émergé et a prescrit les principes auxquels chaque Samouraï devait adhérer, ouvrant le chemin à ce qui est aujourd'hui connu sous le nom de Bu-shi-do, ou la «Voie du Guerrier ».
Le code Bu-shi-do a servi de livre d'instruction et de code de conduite pratique sur et hors du champ de bataille. Parce qu'il s'agissait d'un manuel pratique, il a aussi servi à agir de manière cohérente tout au long de sa vie, en alignant les actions aux idéaux universels, ou vertus, assurant ainsi que chaque action soit décisive et significative. Des éléments Zen d'introspection de sa propre nature y trouvent également une résonance. Cela signifiait de vivre la vie sur une base de principes et de moralité.

Il est dit que l'essence de la voie du Samouraï réside dans le développement de l'excellence sur deux aspects: Bun et Bu, ou Culture et Martial, respectivement. Le samouraï était ainsi appelé à établir un équilibre entre ces deux idéaux; résultats, des guerriers efficaces et disciplinés, des hommes de l'art, de la calligraphie et de la poésie.

Les Samouraïs plus accomplis sont connus pour avoir composé des vers exquis, tout en étant engagé dans l'acte même de tuer sur un champ de bataille, démontrant leur sang-froid non-violent et leur courtoisie intérieure. Une érudit inconnu du XVIIIe siècle a comparé Bun et Bu aux ailes d'un oiseau:

«La culture et les armes sont comme les deux ailes d'un oiseau. Tout comme il est impossible de voler avec une aile manquante, si vous avez la culture, mais pas d'armes, les gens vont vous malmener sans crainte, tandis que si vous avez des armes, mais pas de culture, les gens auront peur. Par conséquent, lorsque vous apprenez à pratiquer à la fois la culture et les armes, vous démontrez en même temps de l'intimidation et de de la générosité envers les gens qui vous sont sympathiques, mais aussi de l’intimité » (Arts des Samouraïs, 2009.)

Une autre source anonyme déclare, "Le combat n'est pas tout de l'art de la guerre. Les hommes qui pensent de cette façon et qui sont satisfaits d'avoir de la nourriture à manger et un endroit pour dormir, sont de simples vagabonds. Un étudiant sérieux est beaucoup plus préoccupé par l’entrainement de son mental et la discipline de son esprit que par le développement des compétences martiales ".

La tradition Bu-shi-do parle de sept vertus, à savoir : la Justice, le Courage, la Générosité, la Vérité, la Courtoisie, la Miséricorde et la Loyauté. Ces vertus sont dites être les qualités intrinsèques d'un être humain, mais le plus souvent latentes dans l’esprit. Alors lorsque ces qualités se manifestent, il est dit qu'elles sont l'expression naturelle de qui nous sommes vraiment - un être spirituel enveloppé par un corps tangible, un corps énergétique, un corps émotionnel, ainsi qu'un corps mental.

Cependant, comme tous les outils, ces vertus sont destinées à être utilisées et donc la responsabilité principale du Samouraï est de pratiquer, de défendre et de maintenir ces valeurs en tout temps. Chaque vertu est liée à une autre, comme les maillons d'une chaîne qui complètent le cercle du code Bu-shi-do. Par exemple, le Samouraï trouvait inutile d'agir avec courage, sans la poursuite de la justice. De même, il était impossible d'exprimer la générosité en l'absence de la miséricorde. Pour le Samouraï, tout acte devait être un acte honorable, et chaque bataille était donc une bataille honorable - à la fois extérieurement et intérieurement.

Mais quelle est cette bataille? Qui combat qui? En résonance avec les batailles externes entre les seigneurs de guerre médiévaux, la bataille qui nous concerne le plus est celle que nous menons dans notre vie au jour le jour. Chaque jour, nous sommes confrontés à des choix qui provoquent un conflit intérieur entre notre égo inférieur et nos vertus supérieures. Cette opposition est magnifiquement exprimée dans les mythologies du monde entier: la bataille livrée par Arjuna pour surmonter les Kuravas au champ de bataille du Kurukshetra, la maîtrise du dragon par Saint-Georges ou encore Thésée tuant le Minotaure. Chacune de ces mythologies représente le héros glorieux surmontant les dangereux monstres de la personnalité cachés dans le sombre abîme au fond de soi. C'est dans cet endroit sombre que les vices comme la colère, la cupidité, la jalousie, la peur, la faiblesse, l'insécurité, comme d'infinis Kuravas, se trouvent dans l'obscurité. Et la tâche du héros est non seulement de se battre, mais de tuer chaque dragon, afin qu'aucun ne se relève des morts. Le héros, cependant, a besoin de bonnes armes pour lutter contre ces monstres. Ce sont les vertus qui lui permettent d'en sortir victorieux. Quand nous émulons ces victoires dans notre propre vie, nous apprivoisons notre personnalité et nous exprimons notre véritable identité.


Au mieux, le Samouraï peut être décrit comme un «Philosophe en Action » pour qui la vie était un processus à travers lequel il s'agit de découvrir le vrai Soi, d'éveiller ce Soi, et de se transforment en ce Soi. Éternelle et parfait, ce Soi s’incarne temporairement dans la forme matérielle, afin de s'engager dans cette bataille, pour finalement en sortir victorieux, et libéré des appels inférieurs de la personnalité temporaire. Les actions dans le monde matériel sont alors des manifestations d'un état intérieur de l'être donc, toutes actions doivent, pour le Samouraï, être traitées cérémonieusement et nécessitent une attention, de la discipline, et alignement, même face à la mort.

Quand Platon déclare, « Hommes vous êtes Dieu, mais vous l'avez oublié », peut-être insiste-t-il sur le fait que le but même de la vie humaine est de se rappeler de reconnaître ces qualités intérieures et de les exprimer ici et maintenant. Krishna enseigne dans la Bhagavad Gita, que « le vrai Kurukshetra est ici dans notre propre vie. » Oui, la voie du guerrier est difficile. Il faut de la patience, de la persévérance et du courage. Mais c'est seulement en commençant le voyage que l'on peut arriver à destination.

Habituellement, nous choisissons la facilité par rapport au difficile, le confort sur l'aventure; nous choisissons la survie plutôt que de vivre vraiment. Mais pour vivre, nous avons besoin de ces valeurs pour nous aider à réaliser notre vrai soi et sortir de l'obscurité de l'ignorance et aller vers la lumière, dans une vie plus heureuse et plus épanouie. Ces valeurs sont en un sens, comme un système GPS divin qui nous permettra d'atteindre notre objectif le plus élevé. C'est seulement par l'écoute de l'appel de notre voix silencieuse intérieure et aspirant à vivre ces vertus, que vraiment l'on devient un guerrier des temps modernes, un Samouraï moderne.

Auteur de l'article original en anglais : Kurush Dordi
Traduction par Nouvelle Acropole Montréal
source : http://library.acropolis.org/the-way-of-the-warrior/