NA International >> Nouvelle Acropole Montréal

Nouvelle Acropole Montreal

L’esprit olympique, nouveau, ancien, éternel

Nouvelle Acropole OlympiqueLe décompte vers les jeux olympiques de Rio est commencé. Au-delà du battage médiatique à forte teneur commerciale dans lequel nous entrons, se trouve le symbole toujours valide de l’esprit olympique.

Les jeux olympiques modernes sont un effort de réactualisation d’un Idéal classique. Ces jeux étaient caractérisés par une trêve rituelle, scrupuleusement respectée par les Cités États qui, en d’autre temps, guerroyaient régulièrement.

C’était certes l’occasion d’une démonstration de force. Mais on y célébrait fondamentalement l’union possible entre les hommes autour d’un Idéal de dépassement de soi. On mettait donc au cœur des préoccupations des valeurs qui transcendaient les différences et chacun tâchait, au nom de cet Idéal, de donner le meilleur de lui-même.

Il ne faut pas négliger l’importance des symboles qui ont été repris, tel celui de la flamme Olympique, inspirée de celle qui brûlait en permanence sur l’autel de Zeus dans les jeux anciens. Cette flamme, symbole de l’esprit et de l’unité essentielle des hommes, est allumée directement par les rayons du soleil, à l’aide d’un miroir parabolique, comme le veut la tradition renouvelée.

Le relais témoigne de l’expression naturelle de cette unité : la solidarité. En effet, le relais implique que chacun donne le meilleur de soi mais aussi que la collectivité permette à chacun de s’accomplir.

Cet Esprit olympique renouvelé n’est pas réservé aux athlètes d’élite. Nouvelle Acropole exprime par son nom même –nouvelle Cité Haute- cette intention philosophique tournée vers le dépassement et la fraternité au-delà des différences.

Tous ceux qui désirent intimement œuvrer pour un monde meilleur en accomplissant le meilleur d’eux-mêmes portent en eux une flamme et sont en quelque sorte les maillons d’un parcours à relais à l’échelle de l’humanité. Tel est le véritable sens des efforts de Nouvelle Acropole partout dans le monde.

-Écrit par Youri Pinard, volontaire à Nouvelle Acropole Montréal