NA International >> Nouvelle Acropole Montréal

Nouvelle Acropole Montreal

Les jeux vidéo, opium des adulescents

3Une étude –encore une! – indique que plus de la moitié des adultes américains jouent à des jeux vidéo. Les jeunes de moins de 18 ans y jouent à 97% selon cette même étude.

Il est évident que les plus jeunes apprennent beaucoup par le jeu. Mais l'exaltation des jeux vidéo constitue un éloignement du jeune face à la réalité concrète. 

Les jeunes pensent ainsi savoir faire beaucoup de choses, comme voyager dans la galaxie tout entière ou éliminer des ennemis virtuels, alors que dans la réalité, ils sont incapables de planter un clou ou de laver la vaisselle.

Chez l'adulte, le travail constitue normalement la meilleure source d'apprentissage.

Toutefois l'importance grandissante des jeux vidéo chez l'adulte est une indication que le travail n'accomplit plus sa fonction pédagogique. L'adulte cherche refuge dans des comportements adolescents.

On appelle ces adultes aux comportements d'adolescents les "adulescents".

Cette régression provient d'une difficulté à gérer les petits et grands conflits de l'existence - et surtout une incapacité à les résoudre. D'où le symptôme de la régression vers un passé nostalgique, celui de l'adolescence ou l'on n'avait pas de responsabilités.

Autre symptôme adulescent: la fuite vers un monde virtuel où l'on peut "changer d'identité", donc se défouler.

L'adulescence est un blocage dans l'évolution normale de la conscience.

Chez un adulte sain, les épreuves de l'existence sont autant d'opportunités de grandir.

Le travail salarié est souvent perçu comme routinier, banal – donc ennuyant. Même si cela était vrai, rappelons que la routine n'a pas à être négative.

Bien comprise, la routine devient répétition, puis constance. Elle atteint alors un caractère pédagogique. On ne peut croître sans constance.

On peut tenter de fuir l'âge adulte et ses responsabilités, cette fuite sera toujours rattrapée par la réalité.

La résolution de l'adulescence passe donc par la responsabilité envers soi-même, envers la société, envers l'Histoire.

- Écrit par Charles Goyette volontaire à Nouvelle Acropole Montréal