NA International >> Nouvelle Acropole Montréal

Nouvelle Acropole Montreal

Comment cultiver la sérénité quand tout va mal ?

srenityOn dit qu'un malheur n'arrive jamais seul. Quand les choses commencent à aller mal dans notre vie, on dirait que cela entraîne tout le reste et que l'on est accablé de soucis :

- La santé qui fléchit,
- Les finances rendues difficiles,
- Les relations au travail s'enveniment,
- La vie personnelle devient instable…

Mais est-ce faire preuve d'objectivité de prétendre que "tout va mal" ? Car "tout", c'est beaucoup ! Et il est probable qu'en y regardant objectivement, on pourrait circonscrire des limites à ce qui va mal.

 Il faut aussi vérifier sur quels critères se base notre jugement que les choses vont "mal". Est-ce "mal" parce que cela nous cause un désagrément ? Dans ce cas, le critère c'est notre personnalité.

Mais si l'on prenait un critère supérieur, on se rendrait compte que le "mal" n'est plus un mal. C'est un bien qui nous permet d'évoluer, un bien qui est une opportunité pour contrôler les émotions, etc.

Cultiver la sérénité peut prendre toute la vie – et même plus! Mais la durée de l'exercice n'est pas ce qui importe. Ce qui compte c'est d'avancer. Au contraire, sans un exercice constant, on ne peut que régresser.

Qu'arrive-t-il au muscle que l'on n'exerce pas? Il s'atrophie. Il en va de même pour la sérénité. Il faut la cultiver sans quoi elle régresse.

Comment cultiver la sérénité? Voici quelques pistes pour s'entraîner:

- Devenir maître de son monde affectif et non esclave de celui-ci. Ne pas macérer dans un monde émotionnel négatif.
- Ne pas céder à la colère dès qu'elle monte en nous.
- Ne pas céder aux appels compulsifs sans appliquer une rétention.

Tant la colère que les compulsions font "du bruit" en nous. Le philosophe Sénèque écrivait: "Ayez surtout le souci de séparer les choses du bruit qu'elles font." Donc gardons l'objectivité.

Cet entraînement pour l'âme est facilité, comme on le voit avec Sénèque, par les maîtres de sagesse qui éclairent le sentier de l'humanité.

 Écrit par Charles Goyette, volontaire à Nouvelle Acropole Montréal 

 Retour aux articles