NA International >> Nouvelle Acropole Montréal

Nouvelle Acropole Montreal

Labo-Philo – Intégrité, antidote à la crise

Vendredi 23 juillet 2020

Nouvelle Acropole - Labo vertu intégritéUne dizaine de personnes ont assisté au 1er Labo-Philo de notre nouvelle série sur les valeurs humanistes et qui avait pour thème « Intégrité, antidote à la crise ». L’intégrité est une vertu qui pourrait parfois sembler rare dans un monde où de nouveaux scandales de corruption éclatent quotidiennement. Elle est pourtant essentielle pour l’être humain et constitue un antidote puissant face aux crises. L’étymologie du mot intégrité vient du latin integritas, qui signifie être intact, total, entier, UN... mais qu'est-ce que cela veut dire pour l'être humain? Et surtout, comment être plus intègres?

S’il peut, à première vue, sembler facile de reconnaître le manque d’intégrité chez autrui il est peut-être moins aisé de connaître nos points de fractures intérieurs et de se prendre sur le fait lorsque ce que nous pensons, disons et faisons n’est pas en harmonie. Le premier pas vers l’intégrité est donc de vouloir être intègre mais surtout de s’observer et s’exercer quotidiennement pour nous constituer une colonne intérieure qui nous permettra de faire face à l’adversité. Rester intègre face aux tempêtes de la vie nous demande de penser, sentir et agir en cohérence avec nos valeurs profondes. Cela nous demande de nous connaître et de surveiller nos points de fractures en nous appuyant sur les vertus, ces modèles atemporels qui ont toujours guidé l’Humanité vers le meilleure d’elle-même.  

Nouvelle Acropole - Labo vertu intégrité 2La conférencière-philosophe Daniela nous a partagé plusieurs exercices pour nous travailler à être plus intègres. Tout d’abord, pratiquer la concentration et faire nos actions quotidiennes avec attention nous aide à être plus intègre car ce pouvoir de la conscience nous permet d’unir ce qui est dispersé. Il ne faut pas négliger les petites choses qui vont nous permettre d’identifier nos points de fracture et d’observer nos autos-justifications. Nous pouvons aussi être plus clairs et mettre de la lumière dans ce que nous pensons, disons et faisons. Finalement, nous avons compris que plus nous découvrirons notre intégrité et plus nous serons conscients, autonomes et libre d’agir en conformité avec notre vrai nature.


 

 

Jeudi 23 juillet 2020 – Labo-Philo – Intégrité, antidote à la crise

 

Une dizaine de personnes ont assisté au 1er Labo-Philo de notre nouvelle série sur les valeurs humanistes et qui avait pour thème « Intégrité, antidote à la crise ». L’intégrité est une vertu qui pourrait parfois sembler rare dans un monde où de nouveaux scandales de corruption éclatent quotidiennement. Elle est pourtant essentielle pour l’être humain et constitue un antidote puissant face aux crises. L’étymologie du mot intégrité vient du latin integritas, qui signifie être intact, total, entier, UN... mais qu'est-ce que cela veut dire pour l'être humain? Et surtout, comment être plus intègres?

 

S’il peut, à première vue, sembler facile de reconnaître le manque d’intégrité chez autrui il est peut-être moins aisé de connaître nos points de fractures intérieurs et de se prendre sur le fait lorsque ce que nous pensons, disons et faisons n’est pas en harmonie. Le premier pas vers l’intégrité est donc de vouloir être intègre mais surtout de s’observer et s’exercer quotidiennement pour nous constituer une colonne intérieure qui nous permettra de faire face à l’adversité. Rester intègre face aux tempêtes de la vie nous demande de penser, sentir et agir en cohérence avec nos valeurs profondes. Cela nous demande de nous connaître et de surveiller nos points de fractures en nous appuyant sur les vertus, ces modèles atemporels qui ont toujours guidé l’Humanité vers le meilleure d’elle-même. 

 

La conférencière-philosophe Daniela nous a partagé plusieurs exercices pour nous travailler à être plus intègres. Tout d’abord, pratiquer la concentration et faire nos actions quotidiennes avec attention nous aide à être plus intègre car ce pouvoir de la conscience nous permet d’unir ce qui est dispersé. Il ne faut pas négliger les petites choses qui vont nous permettre d’identifier nos points de fracture et d’observer nos autos-justifications. Nous pouvons aussi être plus clairs et mettre de la lumière dans ce que nous pensons, disons et faisons. Finalement, nous avons compris que plus nous découvrirons notre intégrité et plus nous serons conscients, autonomes et libre d’agir en conformité avec notre vrai nature.

 

Restez à l’affût et ne manquez pas le prochain Labo-Philo d’août sur la persévérance qui poursuit notre série sur les vertus humanistes.

Labo-Philo – Les difficultés : obstacles ou opportunités ?

Vendredi 12 juin 2020

Une vingtaine de personnes ont assisté au Labo-Philo mensuel présenté par Nouvelle Acropole et qui avait pour thème « Les difficultés : obstacles ou opportunités ». Qui ne vit pas ou n’a pas déjà vécu des difficultés? En effet, ce thème universel nous concerne tous car personne n’échappe aux épreuves de la vie. Nos plans ne se réalisent pas toujours comme on le souhaite, l’atteinte de nos objectifs est souvent laborieuse et surviennent souvent des imprévus et des changements qui nous demandent des ajustements constants. Souvent ce que nous appelons facile ou difficile est différent pour chacun et représente plutôt des choses que nous savons faire et qui nous sont donc faciles et des choses que nous ne maîtrisons pas et qui nous sont donc difficiles.

Nouvelle Acropole Labo sur les difficultésSi l’on considère que la vie et les expériences que nous vivons nous permettent d’évoluer, nous pouvons apprendre à voir les difficultés comme des opportunités pour apprendre à nous connaître, à rencontrer nos forces intérieures et à comprendre les lois de la vie.

Dans ce Labo-Philo nous nous sommes inspirés de la figure mythique du héros que l’on retrouve dans tous les contes et légendes, histoires et films et qui présentent souvent une structure narrative similaire qui peut nous aider à comprendre le chemin d’évolution de l’humain. Au début, le héros se trouve souvent dans une situation de bonheur relatif mais un évènement va survenir qui va l’arracher à son confort et il devra vivre des épreuves pour découvrir ses forces intérieurs et en sortir victorieux. Si le héros ne vivait pas ce premier évènement déclencheur il resterait certes dans un confort relatif mais n’évoluerait jamais et ne vivrait pas sa destinée. Ce qui distingue le héros est sa capacité à reconnaître les épreuves et y faire face mais aussi à accepter l’aide de personnages plus sages qui lui donnent de précieux conseils et des armes ou outils qui représentent nos forces intérieures et donc nos vertus. Nous pouvons tous faire preuve de plus de persévérance par exemple et nous renouveler quotidiennement dans nos tâches sans tomber dans la routine.

Ce Labo-Philo se voulait une invitation à l’action et surtout à un changement de perspective pour être en mesure de reconnaître les difficultés et les épreuves auxquelles nous faisons face dans nos vies et les voir comme des opportunités pour nous dépasser un peu chaque jour et nous rapprocher de notre véritable identité. En vivant ce processus naturel de façon consciente, nous pouvons évoluer vers le meilleur de nous-même en apprenant de la merveilleuse école de la vie.


 

Labo-Philo – Les effets de la Beauté sur l’âme

Vendredi 15 mai 2020

Nouvelle Acropoel Labo sur la BeautéNouvelle Acropole a proposé un nouveau thème sur la Beauté et les effets qu’elle peut avoir sur l’âme pour sa série Labo-Philo en ligne. Il est intéressant de redéfinir ce que peut être la Beauté dans notre monde moderne. Il est vrai que nous percevons tout d’abord la beauté avec nos sens comme la vue ou le toucher. Notre faculté à percevoir le beau peut ainsi dépendre de notre éducation, de nos goûts, nos préférences, ce à quoi nous avons été exposé, etc. Pourtant, au-delà de ces différences et de la beauté physique, il semble exister une Beauté universelle et atemporelle qui transcende les époques et dont plusieurs philosophes nous ont parlé.

Nouvelle Acropoel Labo sur la Beauté 2Pour les anciens grecs, l’être humain était constitué d’une dimension physique, psychique et spirituelle. Dans ce schéma, l’âme constitue la dimension médiane entre le monde physique et celui des idées et est souvent désignée comme un pont entre le ciel et la terre. L’âme est ce qui nous permet de voir au-delà des forme et de capter quelque chose de plus transcendant et spirituel. Pour Platon, la Beauté est une vertu cardinale qui transcende le monde physique. Grâce à l’intuition, les artistes par exemple, vont capter la Beauté métaphysique et essayer de la traduire dans leurs œuvres. Platon et plusieurs grands philosophes ont souligné l'importance de s'entourer d'éléments beaux et harmonieux qui expriment des Idées nobles et élevées, pour que se réveillent, même de manière inconsciente ce qui est harmonieux en nous.

Dans ce Labo-Philo, les participants ont découvert que la quête de la Beauté nous transforme car elle nous permet de nous mettre en marche vers cette Beauté qui nous habite tous. Nous avons aussi vu qu’il est possible de mettre de la beauté dans tout ce que l’on fait, que ce soit dans nos gestes, dans nos paroles ou dans notre façon de nous relier aux autres.


 

Labo-Philo - Vivre en reliant la mystique et l'action: est-ce possible?

Vendredi 17 avril 2020

Nouvelle Acropole a tenu un 3e Labo-Philo en ligne dans un souci de continuer à proposer des activités en ligne de qualité en ces temps de confinement. Ce Labo-Philo portait sur la possibilité de vivre en reliant la mystique et l’action. Il s’agissait tout d’abord de définir ce qu’est la mystique et comment elle est liée à l'action? Notre vision moderne de la mystique est en partie erronée puisque nous l’associons le plus souvent à des activités méditatives ou religieuses. En effet, on associe bien souvent la mystique à quelque chose de trop éloigné de nous, la considérant comme réservée aux sages vivant retirés du monde ou à des pratiques religieuses rigoureuses.

Nouvelle Acropole Mystique 2Dans toutes les traditions philosophiques, la mystique était plutôt vue comme une action efficace, réalisé avec bonne volonté et reliée à des idéaux nobles telles que la justice ou la générosité. En ce sens, la mystique nous est beaucoup plus accessible puisqu’elle consiste à amener nos intentions les plus élevées jusqu'au monde de l'action concrète. Nous avons tous de bonnes intentions, des inspirations et des aspirations profondes mais il nous est souvent difficile de les mettre en pratique. Concrétiser nos rêves nous demande beaucoup de volonté et de persévérance, et ces qualités nous font souvent défaut pour mener nos projets à terme. En effet, nous pouvons sentir une chose, en penser une autre et finalement agir de façon incohérente avec notre intention initiale. N’est-ce pas là l’un des reflets du fameux combat intérieur dont nous parle plusieurs traditions philosophiques ?

Ce laboratoire nous a fourni des pistes intéressantes pour nous observer et remarquer ce qui bloque et nous empêche de vivre en reliant la mystique à l’action. Nous nous sommes aussi rappelés que des hommes et des femmes de toutes les époques nous ont montrés que c’était possible et ont aussi laissé des enseignements précieux sur les pièges qui nous guettent. En ces temps d’incertitude, il est plus que jamais important de rester philosophes.


 

Labo-Philo - Pourquoi ne fait-on pas ce qu'on sait qu'on doit faire?

Vendredi 10 avril 2020

Nouvelle Acropole a tenu son second Labo-Philo en ligne et a invité les participants à se poser une question fort intéressante : Pourquoi ne fait-on pas ce qu'on sait qu'on doit faire? Partant du constat que nous savons souvent très bien ce que nous devrions faire pour être plus heureux, plus libre, faire moins d'erreur, s'améliorer, manger mieux, être plus en forme physiquement… ce laboratoire nous a permis de nous demander pourquoi nous ne le faisons pas? Qu'est-ce qui bloque notre mise en action?

Nouvelle Acropole MystiqueEst-ce que ces blocages sont dû à des causes extérieures, comme le manque de moyens financiers, de temps, de conditions adéquates? Ou encore, remettons-nous nos bonnes résolutions à plus tard, quand nous serons plus en forme, plus en santé, plus riches, avec plus de temps disponible?

Il est intéressant de noter que les mêmes raisonnements sont présents au niveau collectif. Pourquoi y a-t-il encore des conflits armés, des crises alimentaires, des problèmes environnementaux, alors que nous savons bien ce que nous devrions faire pour les résoudre? Pourquoi nous est-il si difficile de réduire notre consommation et par le fait même la pollution ou être plus généreux avec ceux qui sont dans le besoin? Un même processus est à l'œuvre à un autre niveau et nous rejetons souvent la faute sur les autres, que ce soit les gouvernements, les lois, la société de consommation, les extrémistes, etc.

Et si la cause à tout cela était plus simple et plus proche que nous le pensons? En arrêtant de rejeter la faute sur les autres, nous pouvons prendre conscience que plusieurs entraves sont en fait en nous. Ce constat rejoint la réflexion débuté lors du dernier Labo-philo du 3 avril sur les choses qui dépendent de nous. Évidemment, même si la cause se trouve en nous et qu’elle peut sembler plus simple, cela ne veut pas forcément dire qu’il sera plus facile de s’en libérer. Ce labo-Philo nous a donné l’opportunité d’explorer les causes qui nous empêchent de faire ce que l’on sait qu’on doit faire et surtout de trouver des pistes de solutions pour se changer soi-même et en même temps, changer le monde.


 

Page 1 sur 11